Cycle la paracha selon le Sforno: Choftim.

Choftim, ou l’écologie qui naît de la guerre.


Un chapitre entier de la paracha Choftim est consacré aux lois de la guerre. Celui-ci  compte trois parties distinctes. La première concerne la préparation des soldats ; la deuxième, les relations avec la ville attaquée ; la troisième, les rapports à la nature aux alentours de la ville en temps de siège.
C'est sur la troisième partie que nous allons nous focaliser ; à savoir, le verset 19 du chapitre 20.

כִּֽי־תָצ֣וּר אֶל־עִיר֩ יָמִ֨ים רַבִּ֜ים לְֽהִלָּחֵ֧ם עָלֶ֣יהָ לְתָפְשָׂ֗הּ לֹֽא־תַשְׁחִ֤ית אֶת־עֵצָהּ֙ לִנְדֹּ֤חַ עָלָיו֙ גַּרְזֶ֔ן כִּ֚י מִמֶּ֣נּוּ תֹאכֵ֔ל וְאֹת֖וֹ לֹ֣א תִכְרֹ֑ת כִּ֤י הָֽאָדָם֙ עֵ֣ץ הַשָּׂדֶ֔ה לָבֹ֥א מִפָּנֶ֖יךָ בַּמָּצֽוֹר׃

"Lorsque tu assiégeras une ville de nombreux jours, la combattant pour t'en emparer, tu ne détruiras pas les arbres pour t’exercer dessus au maniement de la hache, car tu en mangeras (de leurs fruits, après la guerre), et tu ne les couperas pas, car un arbre dans le champ est-il l'homme qui s'est retiré dans la ville assiégée ?"

Il s'agit donc de savoir ce que peut l’assiégeant contre les arbres, particulièrement, ici fruitiers, aux alentours de la ville assiégée. Et le texte est explicite : quand bien même le siège durerait-il des jours nombreux, il ne faut pas détruire un arbre fruitier.
Cependant, Sforno vient nuancer : on ne peut le détruire pour s'exercer au combat ou aiguiser une arme, mais, si sa destruction sert aux opérations de siège (et l'on sait que la poliorcétique est un domaine de l'art de la guerre connu depuis l’Antiquité), alors sa destruction est possible, voire recommandée. En d'autres termes, suivant Sforno, on peut détruire un arbre fruitier si cet acte procure un avantage manifeste sur l'ennemi (1). C'est là un commentaire qui limite grandement le verset.
On retrouve encore le principe de l'avantage manifeste sur la question du devenir des fruits. En principe, il ne faut pas détruire un arbre portant des fruits car, après la conquête, les combattants voudront jouir littéralement des fruits de la victoire. Mais si l'issue du siège est incertaine, alors tu peux détruire l'arbre car cela portera un coup à l'ennemi (2). Une fois de plus, Sforno limite la portée du verset.
Pourtant, il insiste longuement sur l'idée que l'arbre n'est pas un homme fuyant le combat et se réfugiant dans la ville assiégée. Il rappelle que l'arbre est un être immobile, et que sa rencontre est causée par le siège. Sans cet événement, l'arbre serait demeuré loin des combats. L'arbre n'a pas vocation à la guerre (3).

Les deux premiers commentaires sont problématiques puisqu'ils appliquent aux arbres fruitiers les règles que le verset suivant énonce pour les arbres non-fruitiers ou ne pouvant porter de fruits. Leur destruction pour construire des machines de siège est autorisée. Or, construire une machine de siège permet d'obtenir un avantage manifeste sur l'ennemi ! En ce sens, tous les arbres ont exactement le même statut ! La conséquence des commentaires de Sforno est de rapprocher les rapports aux arbres en temps de guerre dans une seule et même considération.

Tentons d'en apprécier la portée. S'agit-il exclusivement d'une loi dans la guerre, un jus in bello, qui régirait nos relations à la nature pendant un conflit et qui poserait que, même en cas de guerre justifiée (dépendant du jus ad bellum), il y a toujours des manières justes ou injustes de mener un conflit (4), ou bien faudrait-il y voir un indice de notre relation à la nature même en temps de paix ?

L'élément que l'on peut remarquer est que Sforno associe d'abord radicalement l'arbre aux combattants.
1/ Si leur destruction te permet de mener à bien les opérations de siège, alors tu peux les utiliser, quitte à les détruire. Les arbres n'ont pas d'existence propre : ils sont tes armes.
2/ Quand l'issue du conflit est incertaine, alors on peut détruire les arbres fruitiers parce que cela nuira à aux assiégés à l'avenir. Là encore, les arbres n'ont pas d'existence propre : ce sont les arbres de ton ennemi, ils sont le prolongement de ton ennemi.

Reste que la fin du verset, et Sforno insiste tant et tant dessus, démontre que l'arbre n'est pas l'homme. Ce qui peut être compris de deux manières diamétralement opposées.
1/ L'arbre n'a pas le statut ontologique de l'homme car il est disponible pour l'homme, sous sa main, prêt à être saisi : selon les circonstances, on mange de ses fruits, on l'utilise pour la production d'outils, on le détruit.
2/ L'arbre a un statut ontologique spécifique qui fondamentalement demande à ce qu'on l'épargne.

Nous allons montrer que ces deux lectures se recoupent.
La première lecture montre que la nature est asservie à l'homme, et que dans un conflit, elle peut lui être associée au point d'être traitée comme un combattant si elle est stérile ou si le conflit est susceptible de tourner à ton désavantage.
La seconde lecture sonne comme un réveil de la morale ; limitant la première. N'oublie pas que la nature n'est pas la propriété de l'homme, qu'elle existe par elle-même et que ce ne sont que les circonstances - le siège d'une ville - qui te font oublier cela.
Il y a, chez les arbres (fruitiers ou non), une vulnérabilité intrinsèque : ils ne peuvent se déplacer, ils ne peuvent fuir. Ce qui les rend disponibles pour tes usages, au point que tu sois tenté de les détruire si besoin est.

C'est donc à la pointe extrême de la toute-puissance exercée par l'homme sur la nature que se révèlent la vulnérabilité des arbres et l'appel à leur préservation. Au moment où la hache peut les frapper sans raison parce qu'on est tout-puissant, que l'appel de l'éthique écologique retentit. Au moment du déchaînement maximal de la violence inhérente à la guerre, émerge cette vérité toute simple : l'homme est responsable de la vulnérabilité de la nature.

Voilà qui rappelle les temps primordiaux de l'Eden où Adam devait "travailler et sauvegarder" le Jardin. Adam, à l'image du combattant, a saisi (השגה) le fruit de l'arbre de la connaissance pour satisfaire un désir d'appropriation ("c'est mon arbre"), comme dans une guerre de conquête. Mais il incombe à chacun, même si la guerre est une entreprise de mort, de sa souvenir de sauvegarder l'arbre de vie.
 

Jonathan Hay Aleksandrowicz

(1) Dans les mots de Sforno :אלא להזיק לבני העיר.

(2) Dans les mots de Sforno : בלבד יעשהו הצבא להזיק כאשר לא יהיה בטוח לנצח ולשבת בארץ.

(3) Dans les mots de Sforno : כי האמנם עץ השדה האדם ראוי לבא מפניך בגללו העיר במצור למסור את עצמם בידך מכח מצור וכיון שאינו כן בזה גם שראוי להזיק ליושבי העיר בכלי מלחמה כמו בסוללות וזולתם להביא העיר במצור. הנה בהיות שלא תשיג זה בהשחתת האילנות אין ראוי להשחיתם כמו שראוי שתשחית האדם יושבי העיר

(4) À ce sujet, voir l'ouvrage de Michael Walzer, Guerres justes et injustes.

 
Ajouter un commentaire