Le crime était presque parfait

Cycle : la paracha selon le Sforno*

Sforno 1

Le crime était presque parfait

 

La parasha de Shela’h commence par un verset bien connu, celui par lequel Dieu instruit Moshé à propos des « explorateurs » : « Envoie pour toi (« Shela’h Lekha ») des hommes et qu’ils explorent la terre de Canaan que je donne aux enfants d’Israël… » (Bamidbar 13:2).

Tous les commentateurs se sont interrogés sur le sens de ce « Lekha », littéralement « pour toi ». L’explication classique rapportée par Rashi voudrait ne voir dans la parole divine qu’une « autorisation », une « option » : « fais-le si c’est ton avis, quant à Moi, Je ne te l’ordonne pas ».

Cette explication est en soi problématique car si, comme le souligne Ramban, l’envoi des explorateur était une décision propre de Moshé, alors il devrait lui-même être considéré comme fautif… mais tel n’est pas l’objet de ces quelques lignes.

L’autre question importante à laquelle s’attachent les commentateurs c’est de savoir quelle était la nature de la faute des explorateurs. L’opinion la plus « simpliste » est celle consistant à dire – suivant le sens obvie du texte – que les explorateurs ont médit de la terre de Canaan (13:32). Le terme utilisé est celui de « Diba » qui d’après le Ibn Ezra signifie « mensonge ». Un péché de « désinformation » en quelque sorte. Des envoyés spéciaux qui voient des choses et en rapportent d’autres. De la malhonnêteté.

D’une manière extrêmement originale et détonante, le Sforno répond d’une seule réponse aux deux questions à la fois, celle de la signification du « Lekha » et cette de la nature de la faute des explorateurs.

Pour lui, la question n’est pas d’envoyer ou ne pas envoyer, mais de qui envoyer. Et de fait, lorsque Dieu dit à Moshé « Envoie pour toi » il ne fait que lui interdire de laisser le peuple envoyer ses explorateurs ! Moshé doit envoyer lui-même ses propres explorateurs, sans quoi le peuple va désigner des représentants impropres à reconnaître les qualités de la terre d’Israël et qui, fatalement, vont en dire du mal. Et quelle serait la conséquence d’un tel envoi et d’une telle médisance ? Les hébreux préfèreraient croire leurs élus que Dieu et conclurait, que c’est Dieu qui a tort ! Ils seraient tombés dans l’hérésie.

A ce stade on se demande en quoi cette faute aurait été plus grave que celle finalement accomplie suite à l’envoi des explorateurs de Moshé ?

Sforno répond : par l’impossibilité de faire Téshouva.

Expliquons-nous : d’après Sforno les explorateurs de Moshé ont reconnu et célébré la grandeur de la terre et ses qualités, eux-mêmes ont dit qu’y coulait le lait et le miel (13:27). Leur seule faute a été un manque de confiance (Emouna) dans la capacité de Dieu à leur livrer la terre, à leur accorder la victoire militaire. De ce manque de Emouna découle ensuite leur entreprise de démoralisation du peuple hébreu. Mais nous ne sommes pas dans le registre de l’hérésie, mais dans celui d’une faiblesse d’âme.

Ainsi nous laisse entendre Sforno, d’un manque de Emouna, on peut se repentir – et le peuple déclarera d’ailleurs in fine : « nous avons fauté envers Dieu » (Dévarim 1:41). (Si, en pratique, leur Téshouva n’a pas été acceptée c’est uniquement en raison du ‘Hiloul Ha-Shem provoqué.)

De la faute qu’Israël aurait faite en écoutant ses propres explorateurs, c’est-à-dire de la remise en cause fondamentale de la parole divine, de sa vérité, sur la base de simples paroles humaines, le Sforno nous dit qu’il n’y a pas de Téshouva possible.

C’est de ce piège, de cette impasse, que Dieu a sauvé le peuple d’Israël en ordonnant à Moshé d’envoyer les explorateurs de son choix, tous des hommes importants et valeureux au moment de leur désignation.

Emmanuel Ifrah – 06/2018

 

*Rav 'Ovadiah Sforno, Italie 1480-1550

Texte original :

 

ספורנו במדבר פרק יג פסוק א

(א - ב) וידבר ה' אל משה. שלח לך אנשים. אל תניח שישלחו הם כמו שאמרו לעשות באמרם נשלחה אנשים לפנינו (דברים א, כב) שמא ישלחו הדיוטות בלתי מכירים שבח הארץ ויספרו בגנותה באופן שיחשבו ישראל על ה' תועה ולא ישובו בתשובה כמו ששבו אחר כך באמרם חטאנו לה' (שם שם מא) וזה כי המרגלים ששלח משה אף על פי שהרשיעו להניא לב העם מחסרון אמונתם באל שדי מכל מקום הכירו וספרו טובת הארץ באמרם וגם זבת חלב ודבש היא וכן העיד באמרו ויקחו בידם מפרי הארץ... ויאמרו טובה הארץ (דברים א, כה) אלא שאמרו שהיה נמנע לכבשה וכאשר הכירו ישראל חטאתם על שלא בטחו בישועת האל יתעלה ונצחונו אחר שעשה עמהם להפליא שבו בתשובה ואמרו חטאנו לה' אנחנו נעלה ונלחמנו (שם שם מא) והתפללו כאמרו ותשובו ותבכו לפני ה' (שם שם מה) אלא שלא קבל האל יתברך תפלתם מפני חלול ה' שעשו שאינו מתכפר אלא במיתה וכמו שהעיד בהם באמרו וביום פקדי ופקדתי וכו' (שמות לב, לד)

 
Ajouter un commentaire