Les femmes de la Meguila

Les femmes de la Meguila : savoir transcender les catégories

 

En relisant la meguila

 

Dans son commentaire sur le Livre d’Esther -En relisant la Meguila- le Rav Binyamin S. Ringer[1] établit une comparaison entre les différents personnages féminins de la Meguila : Zerech, l’épouse d’Haman ; Vachti, la première épouse du roi A’hachvérosh ; et Esther.

Afin de comprendre les modèles présentés dans le texte biblique, le Rav Ringer établit comme à son habitude un parallèle avec notre société : « Dans le monde actuel, il nous semble que trois tendances se dessinent. L’une exalte le rôle de la femme comme mère, épouse et femme d’intérieur. L’autre met en relief son côté sexuel : la mode, les feuilletons, la publicité en font leur affaire. Une troisième enfin renie tout caractère fondamental aux différences entre elle et l’homme : elles ne sont qu’un pur accident génital » (Ibid. pp.77-78).

Contrairement aux idées toutes faites, l’héroïne du livre d’Esther n’est pas la femme « mère, épouse et femme d’intérieur ». Non, ce rôle revient davantage à Zerech, l’épouse du persécuteur des juifs Haman. Cette dernière n’a pas d’existence propre, elle ne vit qu’à travers les succès et échecs de son mari. Elle est certes à ses côtés, mais cette ‘aide’ n’en est pas une. Au contraire, elle le conforte dans le chemin qui le mènera à sa perte.

Vachti, la première épouse d’A’hachvérosh, s’oppose à son mari en refusant de venir quand celui-ci réclame sa présence pour la ‘montrer’ à ses convives. Alors que le roi recherche chez son épouse l’image d’une gravure de mode, ne mettant en avant que « son côté sexuel », la reine refuse toute différence entre l’homme et la femme. Féministe avant l’heure, elle préside elle aussi un banquet en compagnie de ses convives et n’accepte pas d’apparaître comme une épouse dévouée à son mari. Evidemment, un tel couple ne pouvait pas tenir. Le véritable pouvoir revenant à A’hachvéorsh, ce dernier compense sa frustration par la violence en éliminant purement et simplement Vachti.

A l’inverse des deux autres protagonistes de la Meguila, Esther ne rentre dans aucune catégorie fermée. D’un côté elle obéit à Mordekhaï lorsqu’il lui demande de cacher ses origines au Palais, ou encore d’aller parler au roi après la promulgation du décret d’extermination des juifs. Mais de l’autre, elle n’hésite ni à s’opposer frontalement à lui lorsqu’elle n’est pas d’accord avec son comportement ; ni à lui donner elle-même des directives, notamment lorsqu’elle l’enjoint à réclamer un jeûne du peuple juif pour la soutenir dans son entreprise. On remarque par ailleurs qu’elle use explicitement de son charme féminin pour séduire le roi et le rallier à sa cause.

Aussi Esther se révèle être un modèle, précisément car elle ne s’enferme dans aucune catégorie. Elle sait s’adapter en fonction de la situation : tantôt féminine, tantôt dirigiste ; tantôt douce, tantôt froide et décidée, par exemple lorsqu’elle dénonce subitement Haman à A’hachvérosh. C’est cette capacité à intégrer différentes facettes au moment opportun qui dessine sa réelle personnalité et en fait l’héroïne de l’histoire.

En ce sens, Esther apparaît comme un modèle pour la femme juive, mais également pour les hommes, car elle nous apprend à tous que la réussite dépend de la faculté à transcender les catégories sociales.

 

Yona GHERTMAN

 

[1] 1940-1979. Originaire d’Anvers, le Rav Ringer z’l fut notamment le fondateur du C.E.J à Nice, l’unique Yechiva de la région niçoise, encore très active de nos jours sous la direction du Rav M. Mergui.

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau