Vivre au-delà du Ciel- Tetsavé

   

Cycle : la paracha selon le Sforno*  

      Sforno 1

Vivre au-delà du ciel

Tétsavé

 

 

 « Je ferai résider Ma Présence parmi les enfants d’Israël et Je serai leur Dieu. Ils sauront que Je suis Hashem, leur Dieu, Qui les ai sortis du pays d’Egypte pour faire résider Ma Présence parmi eux; Je suis Hashem, leur Dieu. » (Chémot 29. 45 – 46). Ces versets concluent[1] les chapitres de la construction du tabernacle et de l’intronisation d’Aaron.

 

Sforno commente : « et Je serai leur Dieu » signifie qu’Hashem « guide Son peuple directement, sans intermédiaire, qu’ils ne craignent pas les signes du ciel[2], car [Israël] est plus cher devant Moi [Dieu], car les [mouvements célestes] se produisent par des causes, et que de ce fait, [Israël] est éternel ».

Essayons de reprendre la logique interne du commentaire.

Les  enfants d’Israël jouissent d’une providence divine particulière. Comme le dit le verset « regarde donc vers les cieux » (Gen. 15 v.5) expliqué par le Midrash: « Hashem a élevé Avraham au-dessus des étoiles », c’est à dire qu’Il a signifié la possibilité d’être dirigé directement par Dieu. C’est Hashem Lui-même qui gère et intervient pour Israël, sans aucun intermédiaire (à la différence des autres peuples qui ont un ange attitré via lequel Hashem exerce Sa volonté). Ainsi que l’exprime le prophète Jeremie (10, v.2), cité par Sforno: « Voici ce que dit l’Eternel: ‘’N’adoptez pas les pratiques des nations, ni ne tremblez devant les signes célestes parce que les nations tremblent devant eux’’ ». Lorsque nous abandonnons nos idoles, lorsque nous servons Hashem, nous bénéficions de Sa providence de manière directe. Il nous place au-dessus des sphères et des influences cosmologiques, pour S’occuper personnellement de Son fils aîné, du peuple qu’Il a pris du sein d’un autre peuple et qu’Il a fait Sien lors de la sortie d’Egypte. C’est en se liant à l’Eternel qu’Israël acquiert son éternité, car toute chose liée à l’éternité est éternelle.

Le verset 46 indique que la sortie d’Egypte visait à faire résider la présence divine au sein d’Israël. Le Tabernacle est la matérialisation de la proximité existant entre Israël et Hashem, il opère comme un rappel visible et constant du lien direct qui nous lie à l’Eternel. Le tabernacle est donc la concrétisation du lien tissé en Egypte, d’un lien au-delà du ciel.

L’éternité d’Israël ne relève pas de l’histoire, de la psychologie ou de la sociologie, être juif n’est pas non plus un destin, mais relève d’un lien. Ce lien est signifié symboliquement par le tabernacle. Sa fragilité serait infinie s’il était tributaire de la pratique des commandements. Ce lien gagne son éternité parce qu’il peut être reconstruit par un simple don au Temple, ou un simple sacrifice.

Jonathan Krief

 

*Rav 'Ovadiah Sforno, Italie 1480-1550

Texte original :

ספורנו שמות פרק כט פסוק מה
(מה) ושכנתי בתוך בני ישראל. לקבל עבודתם ברצון ולשמוע את תפלתם:
והייתי להם לאלהים. מנהיג ענינם בלתי אמצעי, ומאותות השמים לא יחתו, להיותם נכבדים לפני יותר מן השמים שהנהגתם על ידי מניעיהם, ומזה יתחייב נצחיותם:

 


[1] Au chapitre 30, il sera question de l’autel pour l’encens. Le Sforno expliquera que sa function n’est pas de faire résider la presence divine, mais qu’il s’agit, à travers lui, de montrer son respect envers celui qui accepte les sacrifices.

[2] Issu d’un verset de Jérémie 10.2.

 
Ajouter un commentaire