Récit de libération, libération par le récit

 Récit de libération, libération par le récit 
 

par Yoël Hanhart

Liberte


Naître dans un monde dépossédé de tout sens, où l’idée même de vérité relève de l’anachronisme. Il serait naïf de voir dans cette expérience le lot exclusif des générations d’après-guerre. Les fake news, la post-vérité ne sont que le versant moins évidemment obscur de ce que les totalitarismes, déployés dans le sang durant la première moitié du XXe siècle, n’ont cessé, malgré eux, de proclamer : si la vérité peut être remodelée en fonction d’impératifs idéologiques, c’est qu’elle n’est déjà plus. La récente proposition qu’a émise Le Monde d’utiliser un décodex, moteur capable de donner un indice de vérité à tel ou tel discours journalistique, aurait pu être accueillie avec scepticisme, en raison de vices de forme, si la possibilité d’une vision objective des choses prévalait encore. Mais la seule hypothèse d’une parole de référence, en l’occurrence qu’un journal  se place en amont d’autres sources, est décriée comme un postulat aussi pathétique que présomptueux.  
Et pourtant, la Thora nous enjoint : « Tu raconteras à ton fils, en ce jour-là, en disant : c’est pour cela que m’a fait Ha-Chem lors de ma sortie d’Égypte »1. Comment transmettre du sens, alors qu’en climat post-moderne la vérité se cantonne à ma subjectivité ?

 

Lire la suite : 

Recit de liberation liberation par le recit sejRecit de liberation liberation par le recit sej

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau