Lire Kohélet

LIRE KOHELET

 

par Franck BENHAMOU

 

Kohélet (l’Ecclésiaste) est l'un des livres de la Bible, classé parmi les Hagiographes (ketouvim). Le Talmud rapporte que les Sages hésitèrent à l'enterrer (TB Shabbat 30a), mais qu'ils décidèrent finalement de le conserver car il débute et termine par des propos inspirant la crainte de Dieu.

Mais que se passe-t-il entre le début et la fin du livre ? Est-il possible de sortir d'une lecture manichéenne de l'ouvrage, qui opposerait la vanité des plaisirs matériels à l'éternité de la Torah ? L'auteur, qui qualifie une telle démarche de "religieuse", refuse cette simplification à outrance. Il montre au contraire -avec brio- que la critique de Kohélet ne se limite pas au "jouisseur", mais aussi aux autres figures qui débattent au sein d'un monologue poussant le lecteur à l'introspection.

L'article propose une réflexion introductive sur le sens de l'ouvrage biblique, ainsi qu'une analyse plus spécifique de son premier chapitre... En attendant la suite.

 

TEXTE :


sej-franck-benhamou-kohelet.pdf sej-franck-benhamou-kohelet.pdf





Nombre de pages : 15

Niveau de difficulté : Accessible



Commentaires (3)

1. Nath 11/11/2013

En attendant la suite effectivement...
Le pb de l"échec" de la sagesse ne ressort t il finalement que dans kohelet?
Cain et Abel qui se bagarrent à cause des korbanot , c pas aussi un pb dans la sagesse, qui dans ce cas conduit carrément au meurtre?
Est ce que cette problématique n est pas récurrente dans la torah?

2. Nath 11/11/2013

Autre remarque: tu dit page 9 que le craignant dieu s ouvre vers un "au delà" en opposition au sage qui ne verrait qu une vie contemplative après la mort.
Je ne suis pas sur que kohelet s intéresse tant que ça à "la vie après", voir ce que diront les hazal plus tard dans avot: une heure de bonne action vaut plus que toute la vie future.
À priori la problématique de kohelet concerne chaque homme dans sa vie présente, ici et maintenant (voir la conclusion celebre...) c comme tu le dit le dialogue perpétuel que nous avons en nous entre intelligence et jouissance

3. Franck Benhamou 12/11/2013

Bonjour, il y a de nombreux problèmes récurrents dans la Torah, l'intéret de Kohélet c'est de les confronter explicitement. Il y a une critique de la sagesse dans la Torah, pourtant certains psoukim ne vont pas dans ce sens. Michlei est un livre de sagesse...Ici, dans Kohélet on vise plus particulièrement le rapport du sage à la mort. j'en parlerai plus tard. pour ta deuxième remarque,tout à fait d'accord avec toi. ce point doir être précisé, et j'ai hésité avant d'écrire cela. Kohélet concerne chaque homme dans sa vie présente, c'est tout à fait vrai, et c'est pourquoi on a cru que ce livre était un peu limite par rapport à la tradition. Je n'ai pas encore une réponse définitive à ta question, mais il s'agit ici d'envisager la vie non seulement sachant qu'elle conduit à la mort (position du sage) mais surtout la mort est un point de vue sur la vie. la position du Yré Elokim, c'est que le point de vue de la mort modifie profondément le sens de l'existence, et implique un rapport à la vie très particulier. Il ne s'agit pas de nier la mort (c'est le point de vue du jouisseur), pas plus que de l'éviter (c'est le point de vue de celui qui amasse), mais de vivre sachant qu'il y a la mort. Et pour le Yré Elokim, la mort c'est un jour de jugement. Or, dire ça implique lui même un certain point de vue sur Dieu. C'est ce point de vue qui caractérise le Yré Elokim.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau